L'homme au cigare

L'homme du cigare, c'est Heinrich Villiger. Une telle expertise et un tel amour du produit "cigare cubain" sont très impressionnants. Pour le 30e anniversaire de 5TH Avenue, Zigarren.Zone a produit un court-métrage en 2019. 5TH Avenue est l'importateur officiel de cigares cubains pour l'Allemagne, l'Autriche et la Pologne. Auparavant, ces pays comptaient de nombreux importateurs de cigares cubains. La société de distribution de l'époque, "Cubatabaco", a réorganisé la distribution de manière spectaculaire. C'était en 1989.

Le court-métrage ~ 12 minutes d'histoire croustillante

Le court-métrage "L'homme au cigare" couvre les années : 1970, 1989, 2001 et 2019. Trois acteurs racontent de manière impressionnante et passionnante pourquoi la 5TH Avenue vendait des produits de luxe par correspondance avant 1989, pourquoi l'entreprise a décidé de se concentrer sur les cigares cubains en 1989, comment de nouveaux jalons ont été posés en 2001 et quel est l'état de l'entreprise en 2019. Les trois acteurs sont Heinrich Villiger, Barbara Leyva de la Torre et Christoph A. Puszkar.

Liste de diffusion de Zigarren.Zone
Obtenez des informations exclusives. Rejoins la liste de diffusion de Zigarren.Zone ! En envoyant ce formulaire, tu confirmes que tu es majeur (18+).

La première joint-venture entre une entreprise publique de tabac de Cuba et un importateur

Avant la révolution castriste, les marques de cigares cubaines avaient toutes leurs propres organisations de distribution. Après la révolution, tous les producteurs de cigares ont été nationalisés. Ils ont été intégrés à l'entreprise d'État Cubatabaco. Cubatabaco a alors été confrontée à un problème logistique : les marques avaient toutes des taxes d'importation différentes par pays. Le président de Cubatabaco de l'époque, Francisco Padron, voulait changer cela. Il voulait une simplification. Il a invité tous les importateurs d'Europe à Zurich. C'était vers 1987.

L'accord se présentait ainsi : Il n'y a plus qu'un seul importateur par pays et Cubatabaco voulait participer à la société avec 50%. Les importateurs étaient tous des entreprises indépendantes et ont rejeté cette idée. Heinrich Villiger dirigeait alors la 5TH Avenue Products. Il s'agissait d'une entreprise commerciale. Elle vendait des produits dans le segment du luxe par correspondance. Il s'agissait d'une entreprise de marketing direct. Ils proposaient également des cigares. L'objectif de la 5TH Avenue était d'aider le cigare à avoir une meilleure image. En effet, à l'époque, ce produit de luxe n'était plus très demandé en Allemagne.

Heinrich Villiger ; L'homme au cigare
Heinrich Villiger.

Heinrich Villiger a reconnu le potentiel de l'idée de M. Padron. Comme Villiger réalisait déjà de bonnes affaires avec Cuba depuis des décennies, il a saisi cette opportunité. La quasi-totalité de l'assortiment de 5TH Avenue a été liquidée. Du jour au lendemain, il n'y avait plus "que" des cigares cubains à acheter chez 5TH Avenue.

La 5TH Avenue a été la première entreprise en joint-venture à conclure ce partenariat avec l'entreprise publique cubaine Cubatabaco. Après que Heinrich Villiger ait fait ce pas courageux et prouvé à quel point cela fonctionnait bien, d'autres pays importateurs lui ont succédé.

L'homme au cigare - le court métrage et ses acteurs

Dans le court métrage Heinrich Villiger impressionnant sur la manière dont tout cela a été créé. Ont également pris la parole Barbara Leyva de la Torre et Christoph A. Puszkar.

Barbara Leyva de la Torre. Depuis lors, les Cubains ont envoyé de temps en temps leurs collaborateurs travailler chez les importateurs. Ils y sont restés plusieurs années. Barbara Leyva de la Torre travaillait à l'époque dans le département financier de Cubataco (plus tard dans la nouvelle société de distribution Habanos S.A.). Elle a déjà fait un bref passage chez 5TH Avenue et y travaille maintenant depuis l'automne 2018 pour quatre ans. Elle est maintenant "Commercial Manager" chez 5TH Avenue et est responsable des achats. Elle a également déjà travaillé chez Intertabak AG, l'importateur suisse de cigares cubains.

Christoph A. Puszkar. Il a été embauché par 5TH Avenue Products en 2001. À l'époque, il aimait déjà les cigares cubains. Et c'est donc presque par hobby qu'il a pu s'occuper du marketing des cigares cubains. Aujourd'hui, il est directeur du marketing chez 5TH Avenue.

Le concept du court métrage

Dans l'intro on se retrouve à peu près dans les années 1960. On est pour ainsi dire assis devant un vieux téléviseur. Il est produit en noir et blanc et le film contient des perturbations d'image ; Heinrich Villiger explique en quelques phrases comment "fonctionne" le dégustateur de Habanos. Le son est également "vieux".

Le passage aux années 1970 ans montre les points forts de la technologie ; les photos fluides de la technologie sont volontairement un peu saccadées. Cette scène a été produite avec un filtre 35 mm. L'image est un peu granuleuse, comme les films étaient produits à l'époque.

La transition vers les années 1989 années montre à nouveau des points forts technologiques. L'image de cette scène est maintenant nettement plus "nette" et les couleurs sont un peu plus "sombres et un peu plus saturées".

Le passage à l'année 2001 montre également des points forts technologiques. L'image de cette scène est un peu plus "douce" au niveau des couleurs.

Le passage à l'année 2019 montre une dernière fois les points forts de la technologie. L'image de cette scène n'a pas été retravaillée, mais montre la pure Full-HD exactement comme elle a été enregistrée.

En savoir plus sur Heinrich Villiger >

J'attends avec impatience tes commentaires sur le blog 🙂

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. J'ai trouvé le contenu du film très bon. Je n'ai pas trouvé les transitions très bonnes. Dans l'ensemble, j'ai été très enthousiaste et j'ai pris du plaisir à le regarder.

    1. Je ne peux que remercier cet homme intéressant pour son travail dévoué, qui me permet de profiter de mon plus beau passe-temps.
      Heinrich Villiger, ou, "A life for a leaf" (une vie pour une feuille)

  2. Informatif et très bien fait. Des connaissances de base excellentes présentées de manière facilement compréhensible.
    J'aimerais voir plus de courts métrages de ce genre. Merci pour cela !

  3. Un beau court-métrage passionnant de Monsieur Villiger et de ses collaborateurs. Monsieur Villiger a raison " Un amateur de cigares reste fidèle à ses formats de cigares cubains ". Il n'y a rien de mieux. Sans oublier le stockage des cigares cubains et leur dégustation tous les deux ou trois ans jusqu'à ce qu'ils atteignent leur apogée et soient parfaitement fumables, c'est de la passion à l'état pur. Personnellement, c'est entre 7 et 10 ans que j'apprécie le mieux les cigares. C'est le plaisir à l'état pur. Comme par exemple un Montecristo A après 15 ans, un plaisir que l'on ne peut pas décrire avec des mots. Essayez de stocker des cigares cubains pendant une longue période.

  4. J'ai regardé le rapport avec beaucoup d'intérêt. Pour moi, ce reportage était très informatif et très bien fait. Ce film m'a motivé à apprécier de nouveau davantage les cigares cubains. Merci beaucoup.

  5. Un film passionnant et bien réalisé, notamment les sauts dans le temps : il n'y a pas si longtemps, les cigares cubains étaient un produit de luxe difficile à obtenir ! Une raison de plus pour les savourer en toute connaissance de cause.

  6. j'ai du plaisir à réussir, à avoir de bons cigares, à rencontrer de bonnes personnes.... tout cela est le cas chez Villiger..... j'espère que cela continuera longtemps comme ça....

  7. Merci beaucoup pour ce résumé intéressant sur Heinrich Villiger et 5th Avenue. On en apprend toujours un peu plus, et sur son appréciation de la situation.
    Je ne peux qu'être d'accord avec "l'accrochage" à la "propre" marque de cigares cubains.

  8. J'ai travaillé de nombreuses années chez Heinemann GmbH à Hambourg, de 1977 à 2010, et j'ai vécu des expériences différentes sur le développement des cigares longfiller.
    Mais comme je suis à la retraite, je n'ai plus le droit de donner mon avis.
    D'une manière générale, je tiens à souligner que j'apprécie toujours autant M. Heinrich Villiger et son influence sur le marché !

  9. Je suis toujours heureux de voir avec quel enthousiasme les gens ont fait des choses. Et ce qui est beau, c'est que beaucoup continuent à le faire.
    Comme j'ai la chance de connaître moi-même quelques producteurs et importateurs, je pense aussi savoir que l'amour du cigare n'a jamais disparu. C'est de là que vient ma passion, c'est toujours authentique, jamais à la mode.

    Salutations

    Don

    1. "Le fumeur de havanes est une "tête de mule" qui ne regarde ni à gauche ni à droite ce qu'il y a d'autre, et qui s'y tient..." ...hahahaha, je pense que Monsieur Villiger n'a pas tout à fait raison. Il est possible que j'interprète mal ses propos, auquel cas je ne veux rien dire et je m'en excuse. Je dirais qu'après avoir "fumé à travers les pays", beaucoup finissent par s'arrêter aux Habanos... et l'affirmation de M. Villiger s'applique alors à nouveau. Jusqu'à présent, je ne savais pas que Cubatabaco (ou l'État cubain) était actionnaire à hauteur de 50% des entreprises de distribution exclusives des cigares Habano's et qu'il n'y avait pas d'autre possibilité.
      Habanos S.A. à nouveau intercalé, intéressant.

fr_FR